vendredi 24 mai 2013

Exposition à Coruche II "À PORTA GAIOLA"

"À PORTA GAIOLA" s'est terminée. Je vous propose un parcours en images de l'exposition.



A l'entrée de l'exposition une "Gaiola" (vieille caisse de transport de taureaux braves) diffusant une musique flamenca et une pancarte annonçant les élevages de taureaux. En lieu et place de l'élevage figurent les informations concernant l'exposition.


Mathieu Sodore / Paulo Robalo  À PORTA GAIOLA / Installation / 2013 / Caisse de transport de taureaux, six peintures sur toile, costumes de forcados,  fils de nylon / dimensions variables. 

En entrant dans la galerie une installation conçue et réalisée avec Paulo Robalo: une autre "Gaiola" en face de costumes de forcados suspendus.







A l'intérieur de la "Gaiola" six petites toiles figurant six taureaux.

Vues de l'installation "ÀPORTA GAIOLA"




Mathieu Sodore / Sous les signes du taureau / 1999 / Acrylique et encre de chine sur tissu / 960 X 240 cm.


Sur le côté gauche de l'installation une grande toile intitulée "Sous les signes du taureau".






Détails de représentations de taureaux figurant sur le pourtour de la toile, réalisés à partir de diverses sources. De haut en bas et de gauche à droite:
- "Taureau" Epreuve en bronze d'Antoine Louis Barye (1795-1875).
-  Détail de la fontaine aux taureaux, Teruel, Espagne.
-  Détail de la planche nº 19 de la série de gravures de Goya La Tauromaquia "Otra locura suya en la misma plaza" (1815). 
- Détail d'une miniature de "las cantigas de Santa María"(1250-1284).
- Lampe Mithraique (100-200 après J.C).
- "Toro botijo"céramique de Teruel. Musée du botijo de Chinchilla (province d'Albacete, Espagne). 
- "Taureau ailé" détail de l'enluminure "Les cavaliers de l'apocalypse" tirée de "L'apocalypse de Saint-         Jean" de Saint-Sever d'après Beatus. Enluminure romane, XI ème siècle. Bibliothèque nationale. 
- Bucrane (un de ceux se trouvant à l'entrée de "Zahariche" ferme de l'éleveur de taureaux "Miura").
- Détail d'une gravure de Gustave Doré "L'espada", vers 1860. 



"Signes du taureau" vu depuis l'installation.





Au fond de la galerie une "Black box" avec sept travaux réalisés en collaboration avec João Baptista, créateur d'objets (pièces lumineuses alliant cire vierge, résine damar, pigments naturels, bois, fer et éclairage par leds) et un écran diffusant des images de forcados de Cláudia Teixeira. 




A l'entrée de l'exposition cinq toiles taurines récentes. 







Pour terminer trois images du vernissage. Sur la première et de gauche à droite: Dionisio Simão Mendes (maire de Coruche), Paulo Robalo, Nuno Vieira e Brito (Secrétaire d'état à la recherche agro-alimentaire) et moi-même. 


Nb; Les photographies de l'exposition sont d'Anne Dallery.

Enregistrer un commentaire